Règles de base

Règle n°1 : Ne cueillir que des champignons dont on est absolument sûr de connaître  l'espèce et se souvenir de cette maxime : "Tous les champignons sont comestibles au moins une fois !"

 

Règle n°2 : S'assurer que la zone de récolte n'est pas polluée. Eviter le bord des routes, les abords de décharges ou de zones industrielles, les prairies ou terrains ayant pu recevoir des engrais ou pesticides, etc. En effet, en plus des problèmes dus à la toxicité intrinsèque de certains champignons, il faut désormais se préoccuper du problème de leur toxicité acquise du fait des phénomènes de pollution. C'est ainsi qu'aujourd'hui plus personne ne peut garantir l'innocuité absolue d'une espèce, même reconnue comme comestible, car tous les champignons peuvent accumuler, peu ou prou, des polluants (métaux lourds, radioactivité...).
 

Règle n°3 : Ne consommer les champignons qu'en petite quantité et à une fréquence raisonnable.
 

Règle n°4 : Ne cueillir que des champignons bien frais et en bon état et laisser ceux trop jeunes, insuffisamment développés et, par conséquent, difficiles à reconnaître en toute sécurité.
 

Règle n°5 : Rejeter les exemplaires trop vieux, véreux, mous ou gorgés d'eau qui deviennent dangereux pour la consommation ; les laisser sur place car ils sporuleront et pourront se reproduire.

Règle n°6 : Ne pas détruire les champignons que l'on ne connaît pas, car s'ils sont comestibles, ils feront la joie d'autres cueilleurs mieux informés... ou des animaux.

Règle n°7 : Faire vérifier, dans tous les cas,  la comestibilité de la récolte par un pharmacien ou un mycologue, en prenant soin, si elle doit être conservée, 2 jours maximum, de la placer dans des boîtes en plastique qui seront rangées au réfrigérateur.

Règle n°8 : Cuire ou conserver rapidement la cueillette. Les champignons sont en général difficiles à digérer. Il est recommandé de bien les cuire.

Règle n°9 : Demander l'autorisation de récolter car les champignons appartiennent aux propriétaires du sol (privés ou communes) même si l'accès n'est pas interdit par pancartes ou si le terrain n'est pas clôturé ; dans les forêts domaniales le ramassage n'est qu'une tolérance limitée à quelques kilos.

Règle n°10 : Respecter la nature et l'environnement en ne saccageant pas les arbustes et les clôtures, en refermant les barrières derrière soi, en ne laissant aucun détritus sur le passage, en ne hurlant pas ou en ne faisant aucun bruit susceptible de gêner la faune.

 

 

 


Réagir

CAPTCHA